Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Société : Violence à Amiens

par Marco 15 Août 2012, 00:59 Actualité (Société)

765205.jpgLes évènements récents à Amiens dans la nuit du lundi à mardi sont inacceptables et Manuel Valls annonce la fermeté la plus totale. François Hollande affirme de son côté la mobilisation du gouvernement sur la sécurité. "Rien ne peut excuser qu'on tire sur des policiers, qu'on tire sur des forces de l'ordre et qu'on brûle des équipements publics. (...) La loi, l'ordre républicain et la justice doivent retrouver toute leur place, ici, à Amiens" (. .) Manuel Valls n'est "pas venu pour qu'on passe au Kärcher ce quartier" (...) "Je ne suis pas venu pour mettre en cause une communauté, des jeunes dans leur ensemble, je suis venu dire qu'ici (...) la loi et la justice doivent passer. Il ne peut pas y avoir dans notre pays une autre réponse" a déclaré le Ministre de l'Intérieur.

 

Cette fermeté devrait emporter l'adhésion de tous. Que peut faire d'autre le pouvoir ? Envoyer les chars pour rétablir l'ordre ? Stigmatiser une population qui serait responsable de ces violences ? Proposer une nouvelle loi - une de plus - pour tenter de juguler ces violences ? Nettoyer au karcher  et au lance-flammes les cîtes sensibles ? Voila, résumé, ce que propose l'UMP accusant le pouvoir actuel de laxisme comme l'a déclaré Lionel Luca, Député UMPdes Alpes-Maritimes : "Les premières semaines du nouveau gouvernement, avec ce laxisme judiciaire annoncé (...) provoquent les flambées de violence que l'on a et un déchaînement. Les délinquants ont reçu le bon signal qu'il fallait en sachant qu'ils étaient dans l'impunité (...) Les délinquants savent qu'aujourd'hui avec la gauche, on ne risque pas grand-chose et que les mesures judiciaires de la rentrée vont remettre ous les petits voyous dehors" ou degradation des conditions de travail comme l'a déclaré Bruno Beschizza, Secrétaire national de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité, "dénonce la dégradation des conditions de travail des policiers, gendarmes et policiers municipaux depuis l'arrivée de le gauche au pouvoir" et "dénonce ce climat délétère qui commence à régner en France où la contestation violente de toute interpellation semble devenir la règle. La peur a changé de camp !". Je ne parle pas du Front National qui comme d'habitude fait du racisme en accusant les étrangers d'être responsable de l"augmentation de l'insécurité.

 

Entre les propos ridicules de l'UMP et ceux ignobles du Front National, il existe une autre voie. La première est celle du dialogue, du rétablissement de la confiance entre la police et les jeunes des cîtés. La politique du karcher ou de la répression massive ne sert à rien. Nicolas Sarkozy n'a pas cessé de sauter sur sa chaise comme un cabri annoncant à chaque fois une nouvelle loi ou le karcher à chaque émeute dans les quartiers, mais ne c'est pas pour ça que la délinquance a diminué, bien au contraire. Il n'a fait que stigmatiser une population, les accusant de tous les délits mais qui en réalité masquait son incompétence à résoudre les prcblèmes et à proposer de vrais solutions. Il faut une politique de prévention, de dialogue avec le rétablissement de la police de proxomité qui a été supprimé dès 2007 et qui fut une erreur.

 

Depuis des années, la politique des quartiers est un échec. Le chômage des jeunes est parfois de plus 60 % et ceux--çi sont exclus parceque maghrébins ou noirs, qui par ailleurs sont accusés de tous les maux de la terre, y compris de la mort de Louis XVI ou de la mort de Jeanne d'Arc.

 

C'est facile de trouver un bouc émissaire pour masquer notre incompétence. Nous réagissons de la même avec les maghrébins et et les noirs que nos grands-parents régissaient vis-à-vis des "rtitals" dans les années 20/30.

 

Une politique des quartiers commence par intéresser les jeunes à la vie du quartier avec la création de maison de quartiers, de centres sportifs, de conseils de jeunes, de médiateurs. L'exclusion doit être banni de notre vocabulaire, l'intégration devant devenir la règle. Le communautarisme, la stigmatisation, l'exclsusion chers au précédent pouvoir ne doivent plus exister. Nous devons apprendre le vivre ensemble et considérer les jeunes des quartiers comme faisant parti inétgrante de la cîté. Il n'y pas de quartier noble et de sous-quartier comme il n'y a pas les blancs et les autres, les bourgeois et les autres, la race blanche et les autres. Le jour ou nous aurons réappris le vivre ensemble, le jour ou ne montrerons du doigt plus tel ou tel catégorie de français, le jour ou nous accueillerons l'autre avec l'acceptation de la différence (Il est noir, il est maghrébin, elle porte le foulard et après !!!!), nous aurons fait un grand pas vers la diminution de la délinquance.

 

Ce n'est pas du laxisme, ni de l'angélisme c'est juste l'acceptation de la réalité telle qu'elle s'impose à nous. Mes propos ne sont pas incompatibles avec la fermété. Les auteurs de ces actes de destructions et violences volontaires sur des policiers devront être punis de la façon la plus ferme. La loi de la Républque doit s'appliquer à tous. Mais, la répression n'est pas antinomique avec dialogue, intégration, prévention.

commentaires

Haut de page