Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique : L'Auvergne (Au sens large), vivier de Présidents de la République ou de présidentiables

par Marco 8 Janvier 2012, 03:20 Actualité (Politique)

Pompidou_portrait_officiel.jpg03_Giscard.jpg84d9ee44e457ddef7f2c4f25dc8fa865-2.jpgimagesCAANM0QK.jpgdggd.jpg02_Mitterrand.jpgSarkozy_23.jpgGeorges Pompdou, Président de la République de 1969 à 1974, Montboudif ; Valéry Giscard D'estaing, Président de la République de 1974 à 1981, Chamallières ; Jacques Chirac, Président de la Républque de 1995 à 2007, Sainte-Féréole  et François Hollande, Tulle. A part Charles de Gaulle, François Mittérand et Nicolas Sarkozy, les autres viennent de l'Auvergne, au sens large.

 

Serait-ce à dire que cette région serait un vivier de Chef d'Etat ?  Même en regardant de plus près, tous les Présidents sont issus du terroir (Charles de Gaulle, Colombey les Deux Eglises et François Mittérand, Château-Chinon). Seul Nicolas Sarkozy fait exception car lui n'a jamais dépassé la Porte Maillot que pour se rendre à Neuilly sur Seine.

 

La France a besoin qu'on l'écoute et le peuple de France n'aime pas Paris sauf pour visister cette ville. Qui peut écouter mieux la France profonde que ceux qui y habitent. Nicolas Sarkozy et ce n'est pas de sa faute ne connaît pas la France agricole ou industrielle. Il ne connaît pas les français. Comme le pourrait-il d'ailleurs, ayant toujours vecu entre Neuilly sur Seine et Paris 8éme arrondissement ? Même le soir de son élection il a été fêté sa victoire au Fouquet's, qui comme chaucn sait est le haut lieu de rencontre de la France du terroir, de la France qui souffre. Par contre, il doit connaître par coeur la ligne 1 du métro entre Champs-Elysées-Clémenceau et Sablons ou Pont de Neuilly ou la ligne 52 en autobus.

 

C'est une des raisons de l'échec de Nicolas Sarkozy. Ne pas avois mis les pieds dans le crotin ou dans le cambouis. Un qui l'avait compris d'oû sa grande popularité, c'est Jacques Chirac qui même si il est né à Paris à toujours été élu en Corrèze (Sauf Paris mais  juste pour lui servir de tremplin),  tutoyait les agriculteurs et se ressourçait dans son département qui - comme par hasard - est la terre d'élection de François Hollande. Un corrézien succédera à un autre corrézien. Réponse le 6 mai 2012.

commentaires

Haut de page