Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique : Le retour de celui qui n'est jamais parti

par Marco 11 Février 2014, 03:05

Politique : Le retour de celui qui n'est jamais parti

En assistant au Meeting de Nathalie-Koscuisko-Morizet hier soir au Gymnase Japy, Nicolas Sarkozy nous a fait le coup de l'éternel retour.Mais, est-il vraiment parti ?

Non. La réponse est évidente.

Il plane sur sa famille (L'UMP) comme une fantôme qui apparaît régulièrement. Depuis le 6 mai 2012 ou il a quitté la mutualité sous les applaudissements de ses groupies en trans, il vient d'inventer un nouveau job : Ancien Président de la République en exercice (Même Giscard en 1981, n'avait jamais aussi loin)

Il veut revenir faire le job se croyant indispensable à la France. Son ambition est intact. Il a même prévenu qu'il refuserait des primaires à l'UMP (Ce qui montre son amour pour la Démocratie) et même si il le fallait, il créerait son parti politique dont il serait le Chef, le Leader, la Caudillo. Sarkozy et ses amis (Hortefeux, Estrosi, Morano), pensent que François Hollande n'est qu'un usurpateur (Quel est l'idiot qui a inventé le suffrage universel pour l'élection du Président de la République !) comme Napoléon pour les royalistes !!!

Exit donc les Copé, Fillon, Bertrand, ... qui veulent des primaires à l'UMP. Pour l'ancien Chef de l'Etat, l'UMP n'a qu'un Leader : Lui, lui et encore lui.Les autres ce ne sont que de petits chefs qui ne peuvent et ne doivent pas s'interposer au risque de faire un crime de lèse-majesté.

Il se prend pour De Gaulle mais n'est pas De Gaulle. La France n'a pas besoin de lui. Certes, le pouvoir actuel n'est pas a la hauteur de l'espérance du peuple qui à voté pour Hollande en 2012, mais ne ce n'est pas pour ça qu'ils vont réclamer le retour de Sarkozy. N'oublions tout de même pas dans quel état était la France en mai 2012 : Plus d'un million de chômeurs entre 2007 et 2012, un déficit public qui n'a cessé de croître sur la même période, des cadeaux fiscaux aux plus riches comme Liliane Bettencourt (Le bouclier fiscal), une France ridiculisée (La venue de Kaddhafi ou Bachaar El Assad en France), une France devenue le paillasson de Merkel et Obama, ...

Sarkozy nous joue depuis bientôt deux ans "L'éternel retour" mais il oublie un paramètre essentiel : La France n'a pas besoin de lui et les français ne veulent pas de lui.

commentaires

Haut de page